Journal TPE

Connexion
Generic selectors
Correspondance exacte seulement
Recherche dans les titres
Recherche dans les contenus
Recherche dans les articles
Recherche dans les pages
Filtrer par Catégories
A LA UNE
Actualités
Actualités-Une
Article-Business
Article-France
Article-Francophonie
Article-Une
Audiovisuel
Bandeau-Une
Business
Cinéma
Coaching
Communiqué-Business
Communiqué-France
Communiqué-Francophonie
Communiqué-Outre-Mer
Communiqué-Une
Comptabilité
Emploi
Encart-Business
Encart-France
Encart-Francophonie
Encart-Outre-Mer
Encart-Une
Europe
Événement
Experts
Finance
Formation
Innovation
Photo-France
Politique
Pub-Business
Pub-France
Pub-Francophonie
Pub-Outre-Mer
Retraite
Vidéo-Business
Vidéo-France
Vidéo-Francophonie
Vidéo-Outre-Mer
Vidéo-Une
TPENEWS présente son nouveau pilote de Journal des Très Petites Entreprises.
CRÉDIT-EPARGNE Nous sommes trois associés, dont un Millennial. Nous sommes depuis longtemps persuadé qu’internet modifiera profondément tous les secteurs de l’économie  et en particulier bousculera les modèles d’activité, les organisations en place. C’est pour cela que l’un des associés à repris ses études pour décrocher un Master 2 e-commerce. Un réseau d’affaires numérique est une immense place ou les gens font du business pour développer leur activité, leur chiffre d’affaires. Ici ce n’est pas une place, mais un réseau décliné des usages d’internet. Comme beaucoup d’entrepreneurs, notre souci essentiel est de décrocher, fidéliser des clients, de faire du chiffre d’affaires. L’utilisation du digital est une solution. Il permet notamment de se faire connaitre, de communiquer, des contacts etc…. Mais en allant plus loin, grâce à un réseau d’affaires, il permet de faire du business. Nous avons opté pour le marché des entrepreneurs car nous le connaissons. D’autre part, il s’avère qu’actuellement ce concept de réseau numérique pour développer son activité en est à ses balbutiements. A votre disposition. Marcel CASTEGE CRÉDIT-EPARGNE
Bonjour, Je suis Emmanuelle Choussy, chef de projet/photographe basée sur Toulouse, de retour de 6 ans de vie à Los Angeles où je travaille toujours, entourée d’une équipe de professionnels reconnus (en France et en Californie). Forte d’un vaste réseau acquis sur deux continents, je produis notamment des reportages-photo corporate, comprenant : 1-     La photo d’humains (portraits corporate pour sites, intranets, réseaux sociaux, articles…), reportages des employés en train de travailler… 2-     Les installations et bureaux, constructions de chantiers… 3-     Les produits (consommables, machines, outillage…) >  Références et clients disponibles sur ce lien (Nasa, Fender, Oddos Buro, Kilograph Los Angeles…) >  Galeries de photos thématiques visibles ici (Chantier, reportage bureaux, gens en situation…) Mes reportages-photo ont déjà été publiés dans : the Good life, Ouest France, le Parisien, le JDD, mes photos de célébrités dans le Figaro, Le Monde, Gala, Téléstar et mon travail est diffusé par l’agence SIPA press a Paris. Je reste à votre entière disposition pour échanger avec vous concernant vos besoins d’images.
INTERVIEW de FANNY LETIER Membre du Comex Bpifrance. En quoi consiste le programme accélération des PME et ETI ?  
INTERVIEW de FANNY LETIER Membre du Comex Bpifrance. En quoi consiste le programme accélération des PME et ETI ?  
Le restaurateur à une responsabilité, l’article 1242 nouveau du Code civil dispose en son alinéa 1er : « On est responsable non seulement du dommage que l’on cause par son propre fait, mais encore de celui qui est causé par le fait des personnes dont on doit répondre, ou des choses que l’on a sous sa garde ». Cette responsabilité, implique des obligations : En premier lieu, vous avez une obligation de résultat, en fournissant des boissons et aliments, sains. En effet en cas d’intoxication alimentaire vous devrez pouvoir démontrer que vos aliments étaient sains. Par ailleurs, vous avez une obligation de moyen, en mettant tout en œuvre pour vous assurer de la sécurité de vos clients. Attention aux sols glissants, aux escaliers irréguliers, ou à un mauvais éclairage … Enfin si l’un de vos employés cause un dommage à un client, en tachant un vêtement par exemple, vous en serez responsable. En fonction de votre concept, vous pourrez proposer un vestiaire, un parking, un voiturier, … Voici un point sur vos éventuelles responsabilités : Vestiaires Les biens remis au vestiaire sont sous votre responsabilité (art 1927 et 1928 du Code Civil). Le niveau de responsabilité diffère selon que le vestiaire soit gardé ou non. Si votre établissement à un vestiaire gardé avec délivrance d’une contremarque, votre responsabilité en cas de non-restitution est automatique, et illimité. Vous devrez ainsi indemniser la valeur réelle du bien non restitué. Si le vestiaire est non gardé, pour engager la responsabilité du restaurateur, le client devra prouver la faute de ce dernier. La faute peut être retenue : • Notamment quand le restaurateur n’a pas affiché de clause de non-responsabilité. Cette clause doit-être affichée de manière apparente, proche des vestiaires, et elle doit-être rappelé en caractères gras sur la carte. • Si le client ne peut surveiller de sa table l’endroit où ses biens sont stockés : porte-manteau par exemple. • Si le vestiaire est situé à proximité des toilettes, ou proche d’une sortie. Parking Si votre restaurant met à disposition un parking, afin que les clients puissent se garer, votre responsabilité peut être engagée. Afin de la limitée, vous devez afficher à l’entrée du parking de manière visible, une clause déclinant toute responsabilité. Voiturier Si vous avez un voiturier, le client doit pouvoir prouver la faute du voiturier. (Par exemple : perte des clefs, alarme non branchée …) Nos recommandations Affichez, informez de manière claire et visible la limite de vos responsabilités.

Lisa Bartolucci, présidente de la FTPE Paris est interviewée par Vincent Touraine sur TV Finance concernant l’entrée en bourse des Très Petites Entreprises. La France compte des TPE florissantes avec un chiffre d’affaires qui intéresse les marchés.

Communiqué de presse Le conseil en management européen mise sur la libre circulation de ses consultants pour accélérer sa croissance au-delà des 6,8% de 2016. Paris, le 23 novembre 2017 – A l’occasion de son assemblée générale annuelle, la Fédération européenne des instances représentatives du conseil en management (FEACO) a fait le point sur l’état du marché et sur ses perspectives de développement : 171123_CP Feaco _Consult’in France
 
A partir du 1er janvier 2019, les Gérants qui sont actuellement affiliés à la CIPAV – Caisse de retraite des professions libérales – devront choisir entre rester à cet organisme ou passer sous le régime des artisans-commerçants. Cette disposition figure dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, actuellement en cours d’examen par les députés.

Des cotisations nettement plus élevées…

La CIPAV ne décolère plus : surtout parce qu’elle risque de perdre près de 500.000 adhérents (sur 550.000) mais en plus parce qu’elle considère que cela risque d’entraîner pour ses futurs ex-adhérents des hausses très importantes de leurs cotisations retraite : jusqu’à 50 %, voire 80 % selon ses calculs ! Alors qu’en est-il ? De fait, ceux qui seraient tentés par le basculement devront bien faire leurs comptes au préalable. Aux taux actuels des cotisations, les simulations montrent que jusqu’à un niveau de revenu avoisinant 60.000 euros annuels, le passage de la CIPAV au régime des artisans-commerçants entraînera un supplément de cotisations plutôt conséquent :   Revenu annuel (en €) Supplément de cotisations % 10.000 + 312 + 14 % 20.000 + 1.977 + 60 % 30.000 + 2.366 + 43 % 40.000 + 3.977 + 61 % 50.000 + 3.443 + 44 % 60.000 + 1.632 + 16 % 70.000 – 3.334 – 20 % Pour être tout à fait honnête, soulignons que le projet de loi prévoit également que les personnes qui demanderont à passer dans le régime RSI pourront bénéficier, à leur demande, de taux spécifiques pour le calcul de leurs cotisations de retraite complémentaire, ce qui devrait atténuer quelque peu le supplément de cotisations consécutif au basculement. Mais le problème, c’est que ce même projet de loi prévoit d’ores et déjà que ces taux spécifiques rejoindront progressivement les taux du RSI.

La retraite sera-t-elle meilleure ?

Tandis que la pension moyenne versée par les régimes de base et complémentaires des artisans et des commerçants atteint péniblement les 470 € par mois, il apparaît que celle versée par la CIPAV n’est guère plus élevée : un peu plus de 500 € par mois. Entre la peste et le choléra donc… Bien sûr, d’ici le 1er janvier 2019, tout ceci a le temps de changer, et surtout de se préciser, mais l’affaire reste à suivre.

TPENEWS à la rencontre du Député Guillaume KASBARIAN, pour échanger sur l’entrepreneuriat, pendant l’interview celui-ci évoque la notion de “Lead” et de visibilité des entreprises sur TPENEWS pour les accompagner dans leur développement, leurs ventes et leur croissance.

Lire la suite